top of page

De Art Basel à MiramART

Dernière mise à jour : 24 mai




Le 18 mai dernier, au Grand Hôtel Miramare de Santa Margherita Ligure, s'est tenue une conférence sur Art Basel, une importante manifestation mondiale d'art contemporain située à Bâle. Le directeur Vincenzo De Bellis, récemment nommé à la tête de l'institution suisse, s’est exprimé sur le sujet. Il a été interviewé par les journalistes Michela Moro (Giornale dell'arte) et Roberta Olcese (Il Secolo XIX).


Une conférence majeure

L'évènement a été organisé par Andrea Fustinoni, collectionneur d'art, directeur de l'hôtel et fondateur de MiramART, une remarquable collection d'œuvres exposée dans l'hôtel même, et de Collective, une association de collectionneurs d'art, qu'il a également fondée. La soirée a été très suivie par les collectionneurs, les galeristes et les artistes. Vincenzo De Bellis, répondant aux questions des journalistes, a expliqué les différents aspects des activités d'Art Basel qu'il coordonne et dirige. Il n’existe pas moins de quatre manifestations dans le monde, la principale se déroulant à Bâle, les autres se trouvant à Miami, Hong Kong et Paris.


De l’Europe au Sud-Est asiatique : un secteur qui résiste

De Bellis a souligné les problèmes qui ont récemment ébranlé le monde et qui ont eu des répercussions dans le monde de l'art, qu’il s’agisse de la pandémie Covid 19 ou des guerres Russie-Ukraine et Israël-Hamas, cette dernière étant cruciale car le Moyen-Orient, en particulier Israël, a un poids considérable sur le marché de l'art contemporain. Mais malgré tout, il s’agit du secteur qui a le mieux résisté, en dépit de ces bouleversements, de l'augmentation des coûts de production, de transport et d'exposition. M. De Bellis a notamment souligné l'importance croissante de la place de Paris. Depuis que l'Angleterre a quitté l’Union Européenne, la Ville Lumière qui abrite les deux plus importants groupes de luxe au monde, est devenue plus encore le centre européen majeur de l'art contemporain. En revanche, Bâle, bien que plus petite, est à l’évidence, la principale manifestation d'Art Basel : la cité tourne autour de cette dernière. En fait, la municipalité est également propriétaire de l’exposition et la plupart des collectionneurs la fréquentent. L’importance d’Art Basel ne se démentira probablement jamais.

Selon M. De Bellis, un autre carrefour important dans le domaine de l'art est le marché de l'Asie du Sud-Est, qui s'est montré particulièrement créatif et a produit des œuvres d'art intéressantes ces dernières années.

 

La problématique italienne

Qu'en est-il du marché de l'art en Italie ? Selon M. De Bellis, l'Italie se trouve depuis des années dans une situation culturelle plutôt problématique : il n'est pas surprenant que le dernier mouvement notable en Italie ait été, dans les années 60, celui de l'arte povera. Nos écoles et académies ne sont pas à la hauteur par rapport aux écoles étrangères, car elles ne fournissent pas aux artistes les outils nécessaires, non pas en termes d’outils techniques mais en matière de moyens permettant de comprendre comment évoluer dans le monde de l'art international, entre les galeries, les expositions et les mécènes. De plus, selon De Bellis, les artistes italiens manquent de proactivité, alors que beaucoup de travail est demandé pour émerger dans le monde de l'art contemporain d'aujourd'hui. Malgré ces problèmes, on notera que le président d'Art Basel est un Italien, compétent et conscient de la situation et du marché de l'art dans le monde.


Comentários


bottom of page