top of page

Les marionnettistes et les décérébrés

Dernière mise à jour : 11 nov. 2023

Les images de l’aéroport du Daghestan pris d’assaut par une foule écumant de haine antisémite sont révoltantes. Je crois assez peu à la spontanéité de ces émeutiers pratiquant

une sinistre « chasse aux juifs » ; en écoutant les propos hypocrites et ambigus de l’imam de

la capitale - en gros : « je vous comprends mais il y a quand mêmes des règles… » - on voit

bien que les marionnettistes des cerveaux sont à l’œuvre.

Cette séquence écœurante, qui nous renvoie aux récentes atrocités terroristes du Hamas,

aux pogromes de l’est européen, aux ratonnades de la guerre d’Algérie, aux crimes des

tueurs du FLN envers leurs coreligionnaires qui avaient choisi la France et, dans des temps

plus reculés, au massacre des protestants par une populace fanatisée par les ultras de

Catherine de Médicis, me fait haïr plus encore les « barbus » de tout poil et de toute

obédience.


Cette scène obscène que les médias nous assènent, donne encore plus de sens à deux

phrases qui résument assez bien mon état d’esprit : l’une est de Marx : « La religion est

l’opium du peuple » et l’autre du grand Hugo : « Souvent la foule trahit le peuple ».

En France, les actes et agressions antisémites envers nos compatriotes juifs concernent

absolument tout le monde, Juifs ou pas ; car, au-delà de la nécessaire solidarité que nous

leur devons, après les Juifs, d’autres segments de la population seront visés par les ennemis

de la démocratie.

Ne pas laisser faire et réagir est un devoir citoyen.



Alain Camilleri



Comments


bottom of page