top of page

Où sont passées les féministes ?

Que les féministes qui dénoncent Gérard Depardieu ne m’en veuillent pas. Elles

manifestaient il y a déjà six mois contre la venue en France de l’acteur mis en examen pour

« viols » et « agressions sexuelles » depuis 2020. Là, c’est reparti pour un tour après la

diffusion d’une vidéo, d’une vulgarité et d’une obscénité certaines, tournée en Corée du

Nord il y a cinq ans ; à cela s’ajoute une nouvelle plainte déposée par la comédienne Hélène

Darras pour des faits d’agression à caractère sexuel qui seraient déroulés en 2007.

Je comprends la prise de position des mouvements féministes. Car, tout en respectant la

présomption d’innocence, personne n’a le droit d’agresser une femme ni même de la

rabaisser avec des propos orduriers.

Depuis la création du mouvement #metoo, les projecteurs sont braqués sur le monde du

spectacle, de la politique, du business, du sport… là ou certains hommes croient que le

pouvoir est synonyme d’impunité. Alors que précisément, les personnalités publiques se

doivent de donner l’exemple. Je me félicite de l’action des associations et des collectifs qui

travaillent contre les violences faites aux femmes.

Oui mais…


Knesset Patchwork

Mais quid des féministes du monde entier après l’attaque du Hamas du 7 octobre ? Silence

radio ! Les plus choqués par la barbarie des actes à l’encontre des femmes, des jeunes filles,

et même des enfants… sont des hommes ! Hélas, j’ai vu de nombreuses images des viols

accompagnés de tortures qui ont été perpétrés ce jour-là. J’avais déjà vu des vidéos à

l’époque du soi-disant État islamique. Des soldats égorgés dans des mises en scène

insoutenables, des hommes brulés vifs dans des cages. Je n’ai jamais publié ces images. Je

les ai regardées pour relater dans mes articles ce qui se passait. Je n’ai pas oublié et ne

n’oublierai jamais.

Toutefois les atrocités commises par le Hamas le 7 octobre relève de l’indicible absolu. Ces

barbares ont massacré des pères de famille, des vieillards et, hélas, des femmes… Des mères

de famille, mais aussi des fillettes… elles ont subi les pires tortures avant d’être tuées ou

kidnappées. Des images insoutenables de violence totale qui semblaient réjouir les

bourreaux. Cette violence a une signification. Pour ces individus la femme n’est rien et, si

elle est juive, elle est moins que rien…

Alors, chères féministes, au lieu d’oublier si rapidement le 7 octobre et de dire « Oui mais…

Israël… » vous auriez dû faire entendre fortement votre voix partout où cela était possible.

Vous auriez dû encore le faire pour les otages encore détenues, alors que les survivantes

commencent à parler, quand elles y arrivent. Témoignages effroyables de fillettes, des petits

garçons… les yeux encore écarquillés par l’effroi.

D’ailleurs, avez-vous une idée précise des conditions de vie des Gazaouis sous la dictature du

Hamas ? Notamment celles des homosexuels traqués, emprisonnés, tués, décapités. Les

droits des femmes bafouillés, les crimes d’honneurs d’un autre âge… j’en passe.

Il existe en Israël des associations telle que Women Wage Peace rassemblant des femmes

juives et musulmanes qui militent côte à côte. Mais vous, les féministes lovées bien au chaud

dans vos certitudes préfabriquées, vous n’êtes probablement pas au courant… Continuez à

garder le silence, car, tout compte fait, il vaut toujours mieux se taire qu’être hors de

propos !

bottom of page