top of page

1915 : Notes de campagne d'un Médecin-Major (2e partie)

Dernière mise à jour : 23 févr.



Relevé du journal des marches et opérations de l’ambulance 6/IV Mars 1915 [1] - 2e partie


Jusqu'au 23 mars des officiers et infirmiers de l'ambulance 6 continuent leur concours quotidien à l'hôpital du collège.  

Pendant la durée de notre séjour à Saint-Memmie-les Chalons, le personnel des officiers de l'ambulance 6 subit des modifications.  Monsieur le Médecin aide-major de 1ere classe Grivot est affecté à la 17e région, service de d’otorhinolaryngologie de Toulouse. Il est remplacé le 12 mars par Monsieur le médecin major de 2e classe Delagras qui vient de la 17e région.

Monsieur Grivot part de l'ambulance 6 le 14 mars. Monsieur le Pharmacien aide-major de 2e classe Capitrel atteint d’hyper arthrose du genou gauche est évacué le 15 mars sur Chalons.


23 mars

Je reçois l’ordre d’avis de changement de cantonnement à 10h00 pour les Grandes-Loges à 14 kilomètres au nord de Chalons. Départ à 12h00 de la formation.  Le médecin-chef et l'officier gestionnaire s'entendent avec Monsieur le Colonel de Jussieu, commandant du 14e Hussard installé aux Grandes Loges pour la désignation des locaux. La colonne arrive à 15h00 et s'installe dans les secteurs nord de ce village dans les locaux affectés intérieurement à des ambulances du 12e Corps.

 C’est avec la salle de bain, l'acquisition la plus précieuse 

A noter le bel aménagement d'une salle de bain de douche avec 2 baignoires. Des granges avec abris cloisonnés en paille, pour l’hospitalisation des galeux et des pouilleux, à faire disparaître.

Surtout un local d’infirmerie au 1er étage d'une maison bourgeoise. Cette salle peut contenir environ 30 lits. C’est avec la salle de bain l'acquisition la plus précieuse ; elle est vaste et bien éclairée par 4 grandes fenêtres et chauffée par un poêle. Nous y disposons les chalets laissés par le 12e Corps et par nos soins.


Nous démolissons l'installation, les couchettes, les granges et brûlons toute la paille utilisée avant notre arrivée. Nous bouleversons le sous-sol et y disposons de la paille fraîche après désinfection du sol. En outre dans un immeuble assez vaste nous trouvons au rez-de-chaussée, 2 pièces qui nous servirons l'une des vestiaires, l'autre de salle de visite, cette dernière chauffée par une cheminée nos premiers malades sont triés et dirigés les malades proprement dit sur notre infirmerie, les hommes atteints de parasites dans les granges. Parmi ces derniers nous ne comptons que des galeux. À leur arrivée, qui se produit souvent la nuit les galeux sont dirigés sur les granges. Le lendemain matin, ils sont examinés à la salle de visite par le médecin-chef qui présente aussitôt le traitement établi :

1.       Frotter au savon noir suivi de bain chaud

2.       Application de pommade antipsorique que les galeux conservent du jour au lendemain

3.       dans l'après-midi nouveau bain

Du linge et des effets de collection sont échangés entre les effets et les effets des hommes. Les effets des galleux passent à la sulfuration, le linge est lessivé. La durée de la sulfuration ou de la formolisation des vêtements et d'environ 20 h.


Les hommes ainsi traités sont répartis dans les groupes affectés aux hommes traités et revus tous les matins à la salle de visite par le médecin chef qui prescrit soit la continuation du traitement soit l'évacuation pour le lendemain soir.


Tous les hommes atteint d'infections intermédiaire ou de complications telles que otites, angines, bronchites, entérites, lésions de grattage, ecthymas, lymphangites, adénites sont traités à l'infirmerie.



Fin de la 2e partie






[1] Du médecin chef, Georges SAVY, médecin major de 2e classe , ambulance n°6

Σχόλια


bottom of page