top of page

1915 : Notes de campagne d'un Médecin-Major (4eme partie)

Relevé du journal des marches et opérations de l’ambulance 6/IV

Janvier-octobre 1915 [1] 


QUATRIEME PARTIE : MAI-JUIN 1915


Les feuillés [1] sont après chaque déjection recouvert de terre calcaire de cendres et rosées avec la solution forte de Cresyl. Les feuillés en plein air ont environ 1m50 de profondeur, entourés de paillons, recouverts de paillons et à une distance d'environ 50 mètres des tentes. La voute est constituée par une plateforme en ciment percées de 6 trous avec obturateurs en bois. Cette voute a une surface d'environ 4 m².


Monsieur le médecin inspecteur directeur du service de santé du IVe corps d'armée nous rend plusieurs visites au cours de notre installation et s'intéresse beaucoup à toutes les modifications successives apportées à notre installation première. Il a suivi également avec intérêt ces divers changements. Il a mis à notre disposition une petite tante tortoise de 8 places et un tonnelet de 50 l nous prescrivant de ne rien négliger pour assurer le bien-être de nos malades, l'hygiène du cantonnement et la prévention des maladies par les agents parasitaires, tels que les mouches, poux, etc.


Nous nous conformons rigoureusement à ses ordres. Des semis de fleurs sont effectuées sur les plates-bandes bordées de gazon. Le 10 mai tous les travaux sont terminés

"L'ambulance 6 se voit décerné une Croix au titre du corps d'armée"

Juin

Monsieur le médecin inspecteur Comte visite plusieurs fois l'ambulance dans le cours de ce mois. Il décerne la croix de guerre à plusieurs officier des formations sanitaires cantonnées aux Grandes-Loges.

L'ambulance 6 se voit décerné une Croix au titre du corps d'armée à Mr l'aide major de première classe Ducoeurjoly, 3 Croix au titre de la direction des services de santé à Mr Salkin, officier gestionnaire, au caporal Guerin et à l’infirmier Desgeorges.

  • Citation au corps d'armée de Monsieur le major de première classe Ducoeurjoly Louis Marie Émile : « s'est fait remarquer depuis les débuts de la campagne par son zèle, son dévouement et par sa modestie dans de nombreuses circonstances où l’ambulance n°6 a fourni un labeur intense (affaire de Roye, d'Andechy etc.) »

  • Citation à l'ordre de la Direction du Service de Santé du service de Mr l'Officier gestionnaire Salkin : « plein d'entrain, d'initiatives et de dévouement a rendu les plus grands services dans l'aménagement de l'ambulance dans les circonstances difficiles ou dans son évacuation rapide dans des circonstances périlleuses comme aux bombardements de Roye »

  • Citation à l'ordre de la Direction du Service Santé du Caporal Guérin, Mle 1564 : « service dévoué rendu depuis le début de la guerre à Lamorteau lors de la retraite des formations sanitaires de l'avant qu'il fut chargé de prévenir, à Chelles, à Roye où il est resté comme volontaire pendant le bombardement, à Bouchoir, à Warsy où il remplit en outre avec zèle les fonctions de prêtre.  Grand ascendant moral sur ses camarades »

  • Citation à l'ordre de la Direction du Service Santé de l'infirmerie Desgeorges, Mle 602 : « S’est toujours porté comme volontaire pour assister le médecin laissé à la garde des blessés non évacuables dans les circonstances périlleuses où l'ambulance a eu à fonctionner depuis le début de la campagne en particulier à Carrepuis, à Roye, à …… et plus récemment à ……, détaché à l'ambulance un 1/IV a toujours donner l'exemple du courage à ses camarades » 

Dans le cours de ce mois, Mr Beaufour pharmacien aide major de l'ambulance 7 passe avec la même qualité à l'ambulance 6.

Notre camarade Ducoeurjoly est évacué le 20 juin pour maladie grave à l'hôpital militaire de Châlons sur Marne.


CC BY-SA 4.0 File:Général Gabriel (Henri) Putz.jpg

Vers fin juin Monsieur le Général Putz nommé au commandement du IVe corps d'armée en remplacement de Monsieur le Général Boêlle appelé à d'autres fonctions, visite l'ambulance 6.  

Pendant le 2e trimestre 1915, l'ambulance 6 rentre 224 hommes atteints de gale, à noter 17 récidives pour les maladies traitées. Les complications les plus fréquentes ont été furonculoses, abcès, ulcérations, lymphangites, lésions de grattage variées.

D’une façon générale les lésions de gale sont très marquées car beaucoup d'hommes ne sont entrés à l'ambulance 6 que longtemps après le début de la maladie. Une assez forte proportion de ces malades a dû être admise à l'infirmerie pour diverses complications de la gale ou pour des affections dont les plus fréquentes ont été bronchites, angines, embarras gastriques simples, entérites, anémies etc. Toute une catégorie de dentaires. Les évacuations sur l’hôpital militaire de Mourmelon-le-Grand ont été rares, plus particulièrement pour quelques cas d'embarras gastriques fébriles suspects.

"suivant l'expérience de la plupart des déclarant la paille est à l’état de fumier."

Une enquête est effectuée auprès de tous les malades traités de gale à l'ambulance 6 fait remonter comme élément le plus important de propagation le mauvais état de la paille des cantonnements et surtout des tranchées ou suivant l'expérience de la plupart des déclarant la paille est à l’état de fumier. J’ai signalé dans un rapport adressé à Mr le médecin-inspecteur Comte ces déclarations intéressantes en désignant les cantonnements concernés et les secteurs des tranchées du front.


Outre les galeux, l’ambulance 6 à hospitalisé des hommes devant recevoir des soins dentaires. Mr Monik, sergent infirmier dentiste des brancardiers du 4e corps d'armée. Ils sont un petit nombre. Peu de malade pour notre cantonnement aussi, très peu d'admission à l'infirmerie de l'ambulance.  Également très peu de malades à la visite quotidienne. J’assure personnellement chaque jour le traitement de tous les malades.


[1] Toilettes provisoires d’un camp militaire

Comments


bottom of page