top of page

Courage, le pire n'est jamais sûr!

Pierre Mendès France, Michel Rocard, Jacques Delors… Ces hommes ont incarné cette belle lignée communément appelée en France « la deuxième gauche » pour éviter de proférer le vocable de « social-démocratie ».

Cette lignée que les marxistes – plus exactement, les staliniens – haïssent depuis toujours et que les tenants de la « première gauche » ont dénigré et dénigrent encore, parfois en la nommant, pour mieux la flétrir, la « gauche américaine ».

Cette première gauche qui, sous la pression des faits, adoptait une culture de gouvernement quand elle gagnait les élections et nous refaisait régulièrement une grosse rechute, quand, rejetée dans l’opposition, elle se déguisait en marxiste d’opéra-bouffe.



Bref, toutes ces belles âmes qui ne consentent à reconnaitre les qualités de ces hommes d’État, aujourd’hui disparus, que dans le strict cadre de la rubrique nécrologique.

Cette belle lignée est-elle condamnée à dépérir ou, au contraire, aura-t-elle une suite ? Surtout, ne répondez pas : « Mais il n’y a plus personne, voyons ! ». Rien n’est moins sûr !



Car c’est la marche de l’histoire, et elle seule, qui a su et saura distinguer les personnages aptes à prendre la suite, en l’adaptant évidemment aux nécessités de l’époque.

Courage, le pire n’est jamais sûr !



Photo originale par Kalhoefer_Designs de Pixabay

Comments


bottom of page