top of page

Editions du Caïman : l'indépendance résiste !



Vous l'avez peut-être vu passer sur les réseaux des éditions du Caïman : après une campagne de précommande lancée l'hiver dernier, couronnée de succès, ils "remettent ça", avec les sorties prévues pour le second semestre.


Tout d'abord parce que plusieurs des contributeurs de l'hiver ont dit avoir apprécié l'opération, et qu'ils seraient heureux de la voir renouvelée.

Et puis aussi parce que les problématiques qui leur avaient imposé le lancement du "panier polar de printemps" sont toujours bien présentes... et ont même tendance à s'amplifier.


La courbe des ventes et des présences de leurs livres continuent... à se courber dans le mauvais sens, les gros salons polar se remplissent en oubliant bien souvent leurs auteurs...

La faute à un système qui se concentre de plus en plus. Les librairies indépendantes sont elles-mêmes mises à mal ces derniers temps, les subventions allouées à la culture et à l'organisation de manifestations à tailles humaine sont de plus en plus difficiles à obtenir, etc.


Et demain, ne soyons pas pessimistes, mais quand même... il y a de quoi s'inquiéter !

Leurs titres continuent pourtant à séduire une partie des spécialistes du genre, comme en témoignent de nombreuses chroniques et, une fois de plus, plusieurs sélections sont en cours cette année, dont celle pour le prix du Roman noir francophone à Cognac pour "Bad run", de Jérémy Bouquin.


Les enjeux dépassent largement le cadre du Caïman, mais concerne le monde culturel indépendant, et bien souvent, comme eux, engagé sur des valeurs humanistes.

Bref, ils se battent avec leurs armes, et le système de précommande sous forme de financement participatif en fait partie...

Jusqu'au 24 juillet, toujours sur KissKiss Bank, leurs quatre prochaines parutions sont donc proposées, symboliques de la diversité qu'ils souhaitent mettre en avant : un polar, un recueil collectif de nouvelles, un roman noir et enfin, pour décembre, un polar historique. Quelques avantages sont toujours proposés sur les commandes groupées, et les frais de port sont dérisoires.


A l'heure où nous écrivons ceci, 76 % de l'objectif minimal (fixé très bas, car en-dessous de 100 %, l'opération serait annulée) sont atteints. Le panier hivernal avait atteint 452 % et leur avait permis... d'être encore là aujourd'hui !


Belles découvertes !


Comments


bottom of page