top of page

Henri Rol-Tanguy, le patriote ardent

Il y a près de 80 ans Paris se libérait de l’occupant nazi.

Bien sûr cette libération se fit avec l’appui matériel des alliés et aussi grâce à l’insistance du général de Gaulle qui réussit à convaincre Eisenhower de permettre de libérer Paris et non de le contourner.

Dès lors, la 2ème DB commandée par le général Leclerc fonce sur Paris dont la population s’est soulevée à l’appel des Forces Françaises de l’intérieur (FFI) de la région parisienne dirigées par le colonel Henri Rol-Tanguy.





Militant communiste depuis l’âge de 17 ans, Rol-Tanguy est aussi et avant tout un patriote ardent ; cet ouvrier métallurgiste est également un soldat aguerri : il s’engagea en 1937 dans les brigades internationales pour combattre aux côtés des républicains espagnols.

Après avoir été démobilisé, dès août 1940, Rol-Tanguy néglige le pacte germano- soviétique et passe dans la clandestinité ; de sa propre initiative, il commence en organiser des groupes de résistants franciliens, les futurs FTP que les chefs du parti communiste français lui demanderont de diriger en juillet 1941 … après la rupture du pacte qui liait Hitler à Staline.

Rol-Tanguy admire le chef de la France libre et durant les années de résistance, il ne connaît qu’un seul chef : le Général de Gaulle ; pendant la guerre, il raconte avoir reçu un jour un ordre de son parti, le PCF : il n’en tint aucun compte.

Le jour de la Libération, de Gaulle prend connaissance de l’acte de reddition de von Choltitz chef de la Wehrmacht du gross Paris et demande qui a autorisé à ce que le document soit également signé par le chef de la résistance francilienne. Le jeune Chaban Delmas bredouille un timide « c’est moi mon général » ; de Gaulle toise son interlocuteur, puis laisse tomber avec hauteur : « c’est bien Chaban ! »

Le 18 juin 1945 Henri Rol-Tanguy est fait compagnon de la Libération par le général de Gaulle lui-même.

Dès après la libération de Paris, Rol-Tanguy est intégré à l’armée française avec le grade de lieutenant-colonel mais sa carrière militaire est injustement pénalisée par la guerre froide en raison de ses opinons politiques.

En 1955, l’homme du 18 juin publie ses « Mémoires de guerre » ; un exemplaire de l’ouvrage est dédicacé ainsi : « au colonel Rol-Tanguy, en souvenir de notre combat, ton compagnon, de Gaulle ». Ce tutoiement en dit long sur l’estime que Charles de Gaulle portait à ce grand Français que fut le colonel Rol-Tanguy.

bottom of page